« Il suffira d’un signe »

Rien n’est fortuit, on l’a vu, dans l’acquisition d’un lieu. On peut se tromper sur l’achat d’une voiture- trop flashy ou trop grande, ou d’un vêtement, à l’usage non accordé à notre fréquence et qu’on ne mettra pas. Mais si l’on reste attentif, on ne se trompe pas sur un lieu.

Un exemple : sur le point d’acheter un appartement parisien dans le Marais, rue bourrée de bars et d’animation ( elle s’appelle d’ailleurs rue St Merri/Merry J), lieu à la fois original et créatif qui convenait à merveille à mon cahier des charges, j’ai reculé. Refus d’obstacle. Pourtant j’avais déroulé le parcours du combattant investisseur : visites répétées avec conseils de proches, échanges multiples avec le gestionnaire de biens, offre âprement négociée avant d’être dûment couchée sur le formulaire réservé à cet effet le vendredi soir.
Ouf, départ en week-end ensuite, direction l’ouest et, plus avant, l’Aber Wrach, pointe nord du Finistère. Ciels transparents sur fjord de granit, dentelle de voiliers à l’horizon et, bonus du mois de juillet en Bretagne, une heure d’ensoleillement de plus le soir pour cause d’occident aggravé !
Tandis donc que je lisais dans une chambre à l’ouest, à l’heure où Paris sombre dans le crépuscule, une explosion de rose, pourpre, orange, a envahi la pièce. Une gerbe de couleurs, chaude, intense qui m’a fait sourire, presque malgré moi.

Délices… Et tout de suite une pensée : l’appartement rue Saint Merri est situé au nord. Au 1er étage. Ses hautes fenêtres ne reçoivent pas le soleil. Adieu la douceur de ses visites au fil de la journée, la caresse de ses lueurs sur les murs,  ses bains de lumière qui réchauffent les cœurs. Renoncement impossible. Je n’ai pas acheté le lieu.

J’ai remercié plus tard cette évidence intime, le fameux insight que célèbrent plus volontiers que nous les anglo-saxons, moins rationnels. Il s’apparente aux flash, aux intuitions, aux synchronicités  que vous ne manquez pas de percevoir lorsque vous vous apprêtez à poser des décisions aux enjeux importants : choix de vie, de métier, de partenaire….ou achat d’un lieu.
C’est l’inconscient qui vous parle. Il se promène dans le temps, entre différents niveaux de réalité. Il écoute. Il sait. Et  tandis que votre raison soliloque- souvent au mépris de l’évidence, il parle. S’initier à son langage, c’est s’assurer un éclairage de plus pour la juste décision. Qu’il s’agisse d’agir… ou de ne pas agir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.